Célébrer Pâques, et après ?

Nous venons de vivre les événements de la résurrection du Christ.

Comment pouvons-nous vivre en ressuscité ?

C’est l’expérience d’une rencontre du Christ avec nous et de nous avec les autres qui habite notre quotidien. L’expérience de la rencontre d’une autre personne se vit toujours sur un mode de réciprocité : si l’autre revêt pour moi un caractère étranger, parfois étrange, qui m’attire mais qui peut aussi me déstabiliser, j’apporte avec moi, face à l’autre, les mêmes défis et les mêmes possibilités pour une véritable expérience de convivialité.

Une telle expérience, faite de regards et de paroles, de gestes de partage et d’engagement, peut donner un sens nouveau à ma vie, et me permettre de me sentir bien vivant, ancré dans ce qui est essentiel à tout être humain : la vie en relation étroite avec les autres.

Cette « règle d’or » est devenue inspiratrice d’un bien-vivre, d’un bien-être. Elle est source de solidarité et donc de responsabilité partagées : « fais aux autres ce que tu désires que les autres fassent pour toi ».

Dès lors, si dans ma relation aux autres, j’apprécie être regardé, accueilli, écouté, de même j’adopte envers l’autre qui vient à moi ou vers qui je vais une attitude d’attention, d’accueil, d’écoute.

Écartant toute dynamique de confrontation ou de compétition, j’entre plutôt dans une aventure faite de liberté, de gratuité, d’émerveillement. C’est là notre défi de vivre en ressuscité.

Abbé Joseph

Ce contenu a été publié dans Carême et Pâques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.